Sur le chemin des Incas…sable

3 avril 2016

Carnet de Bord

Ca fait un bail que j´avais pas trouve de cyber-cafe ! Contrairement a l´Asie, ici c´est difficile de se connecter au web si on n´a pas son propre matos. Les dernieres semaines ont ete surtout tres riches par les lieux spectaculaires qu´on a traverses, voir photos.

Depart de Bariloche apres le depart des parents de Tania, et une petite reparation sur mon velo : les oeillets de fixation de mon porte-bagage arriere ont lache. En gros, l´endroit du cadre qui doit acueillir les vis s´est peu a peu fendu et a finalement cede pour laisse des bons gros trous ! Ca avait tenu le coup jusqu´a Bariloche via une petite reparation provisoire et improvisee sur la route, mais il fallait renforcer tout ca. J´avais l´intention de juste souder le porte-bagage au cadre, mais par chance je suis tombe sur un passionne de velo (qui en fabrique lui-meme) qui m´a pondu un truc formidable dans son atelier ! Apres quelques decoupes, assemblages et soudures au bronze a l´ancienne, je repars avec des oeillets qui paraissent plus resistants que les originaux, le temps nous dira si ca tient ! Direction la route des 7 lacs, qui comme son nom l´indique passe au bord de lacs. 7 en tout. L´asphalte est tout neuf, c´est du billard et c´est spectaculaire ! C´est a peu pres le dernier endroit ou l´on croisera beaucoup de touristes, et notamment quelques cyclistes. Apres San Martin de los Andes, on descend de la montagne (a velo), et de notre petit nuage, et on arrive dans la pampa. Ca devient tres plat, tres calme, il fait chaud et les paysages sont grandioses. Et c´est a peu pres tout ce qu´il y a a dire sur cette partie du voyage… assez vite ca devient trop plat, trop calme, et les paysages certes grandioses defilent d´autant moins vite que le vent de face nous fait l´honneur de sa presence. La distance entre 2 villages (=ravitaillement en bouffe et eau) est generalement de 2-3 jours. Bref malgre les nombreux condors et quelques tatous qu´on peut apercevoir, on commence a se faire chier. Il y a bien quelques petites tornades pour nous distraire, ou bien les douces effluves des nombreuses charognes qui se decomposent tranquillement au bord de la route, mais arrives a Buta Ranquil, on saute sur l´occasion de tricher un peu en prenant le bus pour Mendoza. On economise ainsi plus de jours que de lignes sur le journal de bord !

Je profite de l´occasion pour aller passer un week-end a Santiago chez Flo, un pote rencontre a Paris et qui est parti depuis plusieurs annees en Amerique du Sud pour voyager et pour finalement s´y poser un peu. J´y retrouve Paul, qui est arrive la-bas quelques jours avant, et qui comptait repartir avec nous apres mais au final non, et Rayane (pas sur de l´ortographe…) la copine de Flo. Bref au programme du week end, decouverte de l´etonnante et spectaculaire Valparaiso, le reste est confidentiel =).

On repart de Mendoza peniblement : apres 25km je me rends compte que j´ai oublie la cassette de rechange que j´avais achete pour mon velo = aller-retour gratuit, quand on n´a pas de tete… Et c´est la que tout recommence pour nous. On arrive au pied de montagnes qui ressemblent au massif central, ca grimpe depuis quelques temps deja, et la pente se raidit, on arrive au milieu des montagnes et on voit deja la route qui nous attend : 1500m de denivele sur 25km de ripio (route de cailloux) tout en lacets ! Plus on monte, plus la vue sur ce lieu unique prend de la hauteur. On est sur le cul. D´autant plus que sur cette route completement delaissee par les touristes, on rencontre d´autres curieux animaux pour la premiere fois : les guanacos ! Ca ressemble a un genre de lama, et dans ce coin ca pullule ! On redescend vers Upsallata et un peu de plat, mais entoures de monts eneiges. On est sur le « camino de los Incas », en francais chemin de los Incas, et ca alterne entre asphalte et ripio plus ou moins pourri. On continue notre remontee vers le Nord par la voie difficile : une route de 100 bornes de ripio tres penible (on pousse souvent, meme en descente !!!) car plein de sable, qui monte de 1000m avant d´en redescendre de 500. La-haut, c´est un grand plateau, avec vue sur le Cerro del Diablo, et la route est juste une interminable ligne droite, avec 1 virage au bout d´un moment ! On a croise 1 groupe de 2 bagnoles en 2 jours et demi. On a aussi croise des alpagas pour la premiere fois ! On arrive a Iglesia eclates mais contents ! On retrouve l´asphalte et on part vers Rodeo et la Cuesta del Viento. La ca descend tranquillement, jusqu´a un lac et un paysage aux couleurs … je ne trouve plus d´adjectif. Puis ca continue de descendre tranquillement dans des gorges qu´on n´attendait pas ! On se regale vraiment. Seul hic, on decouvre d´ou vient le nom Cuesta del Viento, car on fait surement plus d´effort dans ce sens en descendant que les collegues qui nous croisent ^^.

A San Jose de Jachal, Tania fait ressouder une piece de son rack. Niveau matos, jusque la ca tenait mais ici il commence a y avoir un peu de casse. Les 2 portes-bagages de Tania sont deja rafistoles et font un peu la gueule, j´ai pete un cable de derailleur, mais ca c´est pas trop grave et cést la 1ere fois en bientot 2 ans quand meme, et nombre de nos sacoches sont deja recousues avec des vieilles cordes de guitare. Bref nous on tient toujours et on repart de Jachal, decides a trouver un endroit ou se poser au moins une journee quand on tombe sur le camping Los Cauquenes : loges au fond d´une gorge, au bord d´un ruisseau, le lieu degage une atmosphere ulra-zen. On tombe amoureux de l´endroit, ou on aurait pu passer des annees a glander sans regret. Cerise sur le gateau, on est sur un spot d´escalade et comme on aime grimper, on ne se prive pas ! C´est la cote la plus raide qu´on aie monte du voyage. On fete l´anniv de Tania ici, en compagnie de la famille extremement sympathique qui tient le lieu. On restera finalement 3 nuits avant de repartir a l´assault des routes argentines.

Encore une tres belle route au mileu de collines rougeoyantes nous emmene a Huaco, puis on emprunte la toute nouvelle route 150 toute en lacets et tunnels, au panorama exceptionnel (je fais des efforts sur les adjectifs) jusqu´a Ischigualasto (a tes souhaits!) puis le parc national de Talampaya avec du vent et encore du vent … dans le dos ! Le vent en poupe, donc, on prend quand meme le temps d´observer la faune tres abondante au bord de la route, et vivante cette fois : guanacos, anes et chevaux sauvages, autruches et maras (droles d´animaux entre le chien et le lapin qui se baladent en sautillant !) se cachent ici et la dans les fourres. On depasse a peine le village de Pagancillo quand une bulle  apparait sur mon pneu arriere et se met a grandir comme une bulle de chewing-gum. Retour a Pagancillo ou on passera une nuit puis 2 dans une maison rien que pour nous, car pour une histoire  obscure on a eu un prix d´enfer^^. Par chance, et par hasard, on trouve un pneu pour ma becane. On repart sur du ripio puis on grimpe la celebre Cuesta de Miranda, celebre pour sa pente. Le decor change, ca ressemble a l´image que j´ai de l´Arizona (sans y avoir jamais mis les roues), un Soleil de plomb, des montagnes escarpees rouge-ocre et des cactus partout. Etonnant. Au final rien de tres mechant a la Cuesta de Miranda et on redescend sur Chilecito ou finalement on trouve … un cyber-cafe.

Depuis Mendoza, on en prend plein les yeux, avec des paysages tres varies, et on a plus l´impression d´etre vraiment entres en Amerique du Sud, avec ses petits villages, ses maisons traditionnelles en briques de terre sechee, et des habitants toujours aussi amicaux. On ne rencontre pas l´hospitalite qu´on a parfois connue notamment dans certains pays musulmans, mais le contact est toujours facile et agreable avec les Argentins. Le rythme de vie est tres special et pas terrible pour nous : tout est ferme entre 13h et 18h ! On traverse souvent des villages ou des villes deserts, pas toujours facile pour se ravitailler ! …et pas motivant quand justement on vient d´un desert et qu´on y retourne apres ! Les gens ressortent de leur taniere quasiment a la tombee de la nuit, puis ca vit jusqu´a 23h au moins !

Maintenant direction le Nord, Salta. On se rapproche de la frontiere bolivienne ! Paul doit nous rejoindre demain matin si tout va bien =)

Bon vent !

Photos :

https://plus.google.com/106680445383615080480/posts/LKmLCYLjQJ8

 

Lien vers le site de Marius, qu´on a rencontre a Mendoza et qui interview des voyageurs :

http://www.eldoradonews.fr/interview-maxime-et-tania-velo-trotter-depuis-deux-ans/

Inscrivez vous

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Blog du niveau intermédiaire |
Camtaramenage |
Eric BEURTON 7 EPICS |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Eric BEURTON RAID AUSTRAL: ...
| Florida 17
| Businesstrip