Gracias Colombia !

2 novembre 2016

Carnet de Bord

C´est dans une petite maison blanche adossee a la colline qui descend jusqu´a la plage de Salgado que je prends enfin le temps d´ecrire quelques lignes : les dernieres semaines ont ete bien remplies ! C´est qu´il s´en est passe des choses entre la jungle d´Amazonie et la cote du Portugal. Alors plutot que de tout raconter d´un coup, je vais d´abord consacrer un article a nos derniers coups de pedales en Amerique du Sud, de Iquitos a Bogota :

Une fois debarques a Iquitos, on a donc decide de rester un peu explorer les alentours, et ici ca peut pas se faire a velo ! Les « peke-pekes » = petites barques en bois plus ou moins motorisees, seront notre principal moyen de transport pour les dix prochains jours. On est dans la plus grande ville de l´Amazonie et il y a pas mal d´excursions qui partent d´ici et de petites initiatives qui se montent dans les alentours type centre de recueil/rehabilitation d´animaux allant du lamantin au papillon en passant par le paresseux et jaguar. On est donc alle en visiter quelques uns et on a fini par patir 4 jours en excursion dans la jungle avec 2 Allemands, 1 Israealien, 1 Anglais ainsi qu´un traducteur-guide et gamin de 15 ans qui sera en fait le vrai guide … Sixto (he oui, le 6eme de la famille) va a la chasse avec son pere, chaman, depuis tout petit. Il marche devant, va l´arrache dans la jungle en laissant des traces a coup de machette (pour le retour) et nous montre quelle plante fait quoi, quelle liane donne de l´eau, avec quoi on fait l´ayahuasca. On cherche des animaux, on voit pas mal d´oiseaux, de singes, de grenouilles, de serpents et d´araignees. On va pecher le piranha a la ligne (avec de la peau de poulet) et la nuit on part avec les frontales voir des caimans et des tarentules ! Ca fait bizarre de marcher des heures dans une jungle sauvage et immense, entoures d´arbres qui semblent faire une course vers le Soleil, et de bruits d´insectes et d´oiseaux nouveaux. Le dernier jour, les autres repartent et Tania et moi partons avec les 2 guides chasser/pecher/camper dans la selva, et se faire defoncer par les moustiques. Le fusil a l´epaule, Sixto repere des traces et les suit, et nous on le suit. D´un coup il s´arrete et il se tourne vers nous le regard inquiet : il nous montre ensuite les empreintes de plusieurs jaguars dont un gros male. On abandonne la chasse et on part dans la nuit pecher a la lance : on descend pres des bords de la riviere, moteur coupe, et on essaye de reperer les poissons qui pioncent et la … tchac ! Entre les deux yeux. Poisson frais au petit dej ! voir photos du dernier article

De retour a Iquitos, en allant voir au port tous les jours si on peut trouver un bateau, on finit par monter a bord du Dionicia II qui nous emmenera  en Equateur. Meme principe que lors du premier trajet en  » lancha », il faut apporter son hamac et sa gamelle. Mais cette fois il s´agit d´un plus petit bateau de commerce, et c´est un peu plus le bordel. On s´installe sur le pont, sous un bache tenue par une structure en bois improvisee, et ca devient vite plein a craquer ! Quelques heures avant le depart  on voit arriver des guidons familiers :  le groupe d´Argentins cyclo-musiciens rencontres a Pucallpa ! Le hasard fait encore un fois bien les choses ! On fera ensemble les 5 jours de voyage jusqu´a Pentoja, 5 jours epuisants de musique, de glandouille, de jeux de cartes et encore de siestes dans le hamac. On s´arrete de temps a autres dans des villages, le temps de se baigner dans le rio Napo ou d´improviser une partie de foot avec les gamins du coin. On debarque a Pentoja, fait tamponner les passeports, rempli 2 peke-pekes (on est alors 10 personnes et 7 velos !) et arrive a Rocafuerte, premier village equatorien. On y prendra une derniere embarcation avant de debarquer a El Coca ou on retrouve enfin une bonne vieille route !

On remonte enfin sur nos becanes, et on avale rapidemant nos premiers kilometres d´aphalte equatorien malgre une chaleur etouffante. On remarque assez vite que le pays est un peu plus developpe (ils ont du petrole), notamment par un signe flagrant : il y a des poubelles … et les gens s´en servent. On s´arrete le premier soir dans un petit coin de paradis, une petite  » finca » (~ferme) traversee par un petit ruisseau. Des le lendemain matin, les proprietaires nous invitent a prendre le petit dej, puis a aller faire un tour dans la finca, aller traire les vaches, faire un petit tour de cheval et dejeuner … bref on est encore tombe sur des gens adorables !
On file sur Lago Agrio on passe ensuite la frontiere colombienne sous une pluie battante. A la Hormiga, Tania trouve enfin une roue avant pour remplacer la sienne dont la jante est maintenant bien fissuree, puis les jours suivants on suivra l´oleoduc « Ecopetrol » (le nom nous a fait marrer pendant un moment) a travers les vertes collines colombiennes. On est tout de suite frappes par les gens. M´enfin facon de parler : on est acueilli comme nulle part sur le continent, les gens sont souriants, curieux mais pas chiants, simples. On plantera plusieurs fois la tente dans une finca a la colombienne : ici les terrains sont souvent au bord de la jungle, et ils ont des petits chemins pour rejoindre les rivieres et les cascades qui pullulent dans cette region de la Colombie. « La jungle au bout du jardin » … un privilege local. Quelques jours de pluie et quelques barrages militaires plus loin, on s´arrete a Pitalito et on en profite pour aller faire un tour au surprenant Parc Archeologique de San Augustin : il y a les des restes d´une petite civilisation dont on ne sait rien, a part qu´ils s´amusaient a sculpter des grosses pierres en formes humanoido-animales.

La route est bonne, et ca devient de moins en moins vallonne, puis carrement plat et aride et nous voila dans le suprenant desert du Tatacoa. C´est un assez petit desert fait de pleins de petits monticules gris ou pourpres, entre lesquels serpente un petit chemin de poussiere et de cailloux. Il fait super chaud, super sec. On sent qu´on pourrait rester s´asseoir a une table et boire toute le journee. La nuit, le ciel est un spectacle. On s´endort sous les etoiles … avant de se prendre un putain d´orage ! La saison des pluies approche…
Le lendemain on rate une bifurcation et on se paume un peu. Quand on s´en rend compte, on decide de continuer pour voir ce qu´il y a au bout du chemin. La carte indique un petit village, puis une riviere et puis plus rien, plus de route. On tente notre chance. Au village, on demande si il y a un moyen de poursuivre notre route, mais les gens nous disent que c´est un cul-de-sac : il n´y a pas de pont pour traverser la riviere. Et la, un gars nous sort : « tu vois ce petit chemin, tu le prends, tu suis les traces et dans une heure une heure et demi tu vas tomber sur une plantation de banane. La tu toques a la porte de la cabane et tu parles au muchacho et il te fera peut etre traverser par la garrucha ». OK on tente. 2 heures de chemin de cailloux,et pas mal de temps a pousser le velo en plein cagnar plus tard, soulagement quand on apercoit la plantation, et la petite cabane. On reveille le muchacho et il nous fait traverser la plantation jusqu´a arriver devant … la garrucha ! C´est deux cables tendus au-dessus de la riviere, 2 poulies et une nacelle en bois. Ils s´en servent pour faire traverser les bananes ! En 3 voyages, le gars fait passer les velos, le materiel et nous, de l´autre cote de la riviere, a la force des bras ! Ouah ! Au final on s´en sort plutot bien =) on a meme fait un raccourci. Merci au gars du village pour le tuyau !

On repart dans une partie montagneuse ou la route est tantot asphalte tantot cailloux. Les journees sont chaudes et on se trouve des supers spots pour camper le soir avant de systematiquement se taper un putain d´orage… On rencontre un tas de gens simpas sur la route, toujours souriants et desireux de rendre service. La Colombie est probablement un de nos pays prefere, pour nous c´est un peu l´Amerique du Sud dans l´Amerique du Sud. On tombe en plus dans une periode historique pour les Colombiens : le commencement d´un processus de paix avec les FARC. Les tensions dans le pays sont minimales, les gens sont pleins d´espoir. Il y a des marches pour la paix dans tout le pays etc.
Apres une ultime grimpette de 2200m, on arrive a notre derniere destination sur ce continent : Bogota. Pas une super experience que d´entrer a velo dans cette capitale… on y arrive a l´arrache, et apres avoir tourne un peu on trouve une piaule dans le centre. On apprendra que c´est un des quartiers les plus craignos … il y a des « zombies » partout : pleins de gens sont a la rue et se defoncent le crane avec toute la drogue qu´ils peuvent trouver, et ici c´est la Colombie… bref la nuit les gens ne sortent pas et les zombies envahissent les rues. Triste spectacle. Ce n´est que le lendemain qu´on commencera a voir le bon cote de cette ville, d´abord en rencontrant mon cousin Guillaume et la famille Cros de Bogota. Ils vivent dans un quartier tranquille, juste en face d´un grand parc. Guillaume, Monica, Eva et Paolo nous acueillent chez eux comme des rois pendant presque une semaine. Je decouvre avec grand plaisir une partie de la famille dont j´ignorais jusqu´a l´existence il y a un an ! Cet article est une occasion de plus de leur dire merci a tous les 4.

Les derniers preparatifs sont faits, les velos et le matos sont dans leurs cartons et on est prets a dire au revoir a ce continent ou on a traine nos pneus depuis le mois de janvier. Adios Colombia y Gracias ! Et adios America !  et nous voila dans l´avion pour Madrid …

Nos peripeties europeennes seront racontees dans le prochain article, pour le moment j´entends la plage qui m´appelle !

Bon vent a tous,

 

Photos :

https://www.facebook.com/photo.php?fbid=10153893058237073&set=ms.c.eJxllEly4DAMA380xUXc~%3Bv~_xuHKaNK5dAGRClN28ci~_tNnJs8p~%3B~%3BR56QIMkLkqXmGTXlQoqukpx5dM1Qs5K8S3IBcsbZz~_g6b5JoupL9nPRz76gpJ2nJGdEMb~_dGztohOfvrarMKEDchLeSYw235yNGVTk1KDtto4ya0tSRPUDPiYj9ty9ndOKkbG~%3Bs0JF4kmcyRNvyJhrvRXkFN83a8hy6~_lPZlq77sx8~%3BpOuzPVw7bCGfz4ewngsnBt9ORnDSSU8STsx5nj2I~%3BwX~%3BLR2Su5vbGcDdC9idWXCffIx2mcYqUW863Qnh6Nu80m9~_c~%3BbtRPxDsL3Y~-.bps.a.10153893057127073.1073741835.702487072&type=3&theater

 

Inscrivez vous

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Blog du niveau intermédiaire |
Camtaramenage |
Eric BEURTON 7 EPICS |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Eric BEURTON RAID AUSTRAL: ...
| Florida 17
| Businesstrip