Fromage !

29 décembre 2016

Carnet de Bord

Le voyage est maintenant terminé, le retour à la maison s’est fait sans encombre le 15 décembre après plus de deux ans et demi passés sur les routes du monde … mais revenons à nos moutons pyrénéeens :

Pas facile de repartir de Nassiet où on était installés comme des rois chez Maria et Carlos ! La famille de Tânia nous a réservé un accueil exceptionnel à base de spécialités du Sud-Ouest : ça donne envie d’y retourner (et c’est prévu ^^). On fait un aller-retour à Bordeaux le week end (non, pas en vélo, avec une voiture prêtée par Maria !) pour aller voir Anne et Jako. Faute de pluie, on se rabattra sur d’autres liquides pour arroser nos retrouvailles. Journée historique : Tânia mange sa première tartiflette. Puis retour à Nassiet histoire d’être bien sûr à 100% qu’on repart avec le plein d’énergie, et on reprend la route. Carlos prend carrément sa matinée pour nous avancer en fourgon sur la route d’Agen. Encore un grand merci à eux pour … tout.
On roule facile, c’est tout plat, c’est beau et les gens sont cools. On arrive dans le centre d’Agen en longeant le canal de la Garonne, peinards. Là on prend le train direction Périgueux (on a un timing à respecter si on veut pouvoir voir tonton Hervé) et on se fait acueillir à la gare par tatie Nadine et tonton Hervé ! On restera 4 jours là-bas, à Chaurac, histoire de se reposer de notre journée de vélo et d’être bien bien super sûrs qu’on fait le plein d’énergie avant de repartir. Ca fait plaisir de revoir de la famille après tout ce temps, on a pas mal de choses à se raconter depuis la dernière fois !  Journée historique :  je découvre chez mon oncle et ma tante le plus grand Plateau de Fromages que j’ai jamais vu. Journée doublement historique : Tânia ramasse son premier champignon ! Biensûr, à Chaurac le célèbre phénomène local de dilatation générale des estomacs nous atteint aussi et la cuisine à tonton et tatie saura remédier sans problème à cette situation. J’en profite aussi pour requinquer mon vélo et changer ma roue avant dont le moyeu était mort depuis environ 2000 km.

On repart avec encore et toujours du beau temps, en visant Poitiers. A peine partis de Chaurac, on se fait inviter chez des gens cools à boire un petit café. On se régale sur de superbes petites routes de campagne rien que pour nous, qui zigzaguent entre les collines. On traverse beaucoup de forêts qui sentent bon le champignon. Que du bonheur. On redécouvre les paysages d’automne, une saison qu’on n’avait pas vu depuis 3 ans. A côté de ça, on croise beaucoup de petits villages, avec de vieilles fermes, des moutons, des vaches et des chevaux qui paissent tranquillement sur une herbe bien verte. Le soir, on s’arrête à Busserolles où on retrouve mon cousin Loïc et Marine qui font un détour par là pour venir boire un verre avec nous au bistrot du village. Encore des retrouvailles qui font plaisir !
Le lendemain matin on reprend nos jolies petites routes, avec une jolie petite descente pour commencer la journée et paf ! « Mange donc un peu d’asphalte après ton café » me murmure une plaque de verglas ! Jusqu’ici, je pouvais me vanter de n’être jamais tombé de tout le voyage, mais là je me suis bien ramassé… un petit virage à gauche en bas de la descente, je commence à glisser et j’essaye de garder l’équilibre mais je finis par passer de la verticale à l’horizontale en un temps record avant de déraper sur quelques mètres. Heureusement qu’il faisait froid et que j’avais pas mal de couches sur moi : au final les fringues ont bien encaissé le choc (et sont mortes en accomplissant leur devoir) et je m’en sors avec juste 2 petits bobos. Ca n’aurait que pu être pire. Le vélo et les sacoches n’ont rien. Du bon matos.

Petit à petit le paysage s’aplatit et on arrive assez vite à Poitiers où on passera une très bonne soirée avec Benoît, un ami d’enfance, avant d’aller dormir chez son chat. Sur la route on rencontre un tas de gens cools, et il ne sa passe pas 1 jour sans qu’on ne nous offre un café, une brioche ou bien carrément le gîte et le couvert ! En fait ils sont vraiment cools les Français, malgré tout =) On repart sur du plat bien plat pour rejoindre la région Tours, en suivant des cycloroutes. Là-bas nous attendent Max & Cindy, 2 super potes d’Australie qu’il nous tardait vraiment de revoir. Impossible de résumer le week end qu’on a passé là-bas, très riche en émotions et en surprises avec l’arrivée de Sam le rosbeef, un 3e pote d’Australie qui a anticipé son retour pour l’occasion, puis un 4e pote : Stéphane l’Alsacien qui a traversé la France exprès pour ce week end ! Du pur bonheur. Journée historique : Tânia mange sa première raclette. Journée doublement historique : c’est à Tours que je retrouve pour la première fois mes propres traces de pneu, vieilles de 2 ans et demi… pouah !

Le remontage de traces continue en longeant la Loire, d’abord par une journée pourrie, avec du brouillard et du crachin bien froid, puis par une journée magnifique où on a plus l’impression de faire juste une petite balade le long de la Loire, ambiance dimanche aprem. On arrive à Angers par un très joli coin, du côté de Bouchemaine où la Maine se jette dans le Loire. On remonte alors la Maine jusqu’à Angers, et on y retrouve Paul, ainsi que des amis des Arts, et on va fêter tout ça. A force de revoir les amis, la famille, et du manger du fromage tous les jours, ça commence vraiment à sentir la fin du voyage. Etrange bousculement d’ailleurs que de retrouver tant de vie sociale après un long temps très calme. Après de longues années de silence, le téléphone a la voix un peu rauque à force de sonner tous les jours. A 2 jours de l’arrivée à Pacé, je suis partagé entre une envie de pédaler plus vite pour revoir les miens, et une envie de ralentir pour profiter encore un peu des derniers moments de ce mode de vie extraordinaire.
On repart d’Angers de bonne heure, direction … Rennes ! Les paysages qui nous entourent me donnent vraiment l’impression d’être chez moi, ce sont les mêmes que lors de mes premiers tours de roue. Vers Brains-sur-les-Marches, on passe notre dernière frontière en entrant en Bretagne. La première chose qui nous arrive, c’est de nous faire inviter par un couple franco-portugais hyper simpa à boire un petit porto et un petit café ! Ils nous proposent aussi de rester dormir chez eux mais on avait trop envie d’aller camper pour profiter de notre dernière nuit sur la route. Ironie du sort, on va camper juste en face de là où j’avais dormi lors de ma première nuit du voyage ! Sauf que cette fois le spot est beaucoup plus cool : on se cale au bord d’un étang entouré d’arbres (on a de l’expérience en terme de recherche de spots !).

On aura encore de la chance avec le temps le lendemain (au total, 1 seul jour de pluie du 1er novembre au 15 décembre, entre Obidos et Pacé !) et on lèvera le camp une dernière fois avant de pédaler vers Chateaugiron. Mes parents nous y rejoignent, le temps d’un petit café, et mon père a amené son vélo pour faire les derniers kilomètres avec nous. On finit donc la route ensemble, et l’émotion grandit au fur et à mesure qu’on se rapproche de Pacé. Par hasard, on tombe sur un petit bistrot portugais et on s’y fait bien recevoir : le patron nous offre nos derniers cafés de routards ! Puis il est l’heure d’aller faire les tous derniers kilomètres. Le voyage touche à sa fin, et il finit de la meilleure façon qui soit, dans un lieu unique au monde : chez moi. De plus, il finit d’une façon que jamais je n’aurais imaginé 2 ans et demi plus tôt : aux côtés de la gonzesse la plus merveilleuse du monde entier (j’ai vérifié). Je suis parti, mais on est revenu !

Bon vent à tous.

 

Photos : https://photos.google.com/album/AF1QipPx4qEqki2bjXIV7bYTcYGzWPAGJKU4_15VGwEa

 

Inscrivez vous

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Une réponse à “Fromage !”

  1. Quentin Durand Dit :

    Bienvenue chez vous !

    Répondre

Laisser un commentaire

Blog du niveau intermédiaire |
Camtaramenage |
Eric BEURTON 7 EPICS |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Eric BEURTON RAID AUSTRAL: ...
| Florida 17
| Businesstrip